News & events - Keyword : Diseases

Chronological order of publication in this website

Epithélium des voies respiratoires

Mucoviscidose:
restaurer l’intégrité des voies respiratoires

La mucoviscidose est une maladie génétique rare aux symptômes souvent très graves. Les malades souffrent notamment d’infections bactériennes chroniques pouvant évoluer vers une insuffisance respiratoire. En cause, des mutations du gène CFTR, dont le rôle est de réguler les mouvements d’eau à travers la membrane cellulaire. La qualité du mucus s’en trouve modifiée et il n’est alors plus capable de capturer les bactéries indésirables et de les expulser.

Grâce à un modèle reproduisant un épithélium respiratoire - un tissu protecteur composé d’une monocouche de cellules - l’équipe du Pr Marc Chanson de l’Université de Genève a découvert qu’une simple pellicule de liquide suffit à restaurer l’étanchéité des voies respiratoires et à diminuer le risque bactérien. Ces résultats, à découvrir dans une édition spéciale de la revue Cells, ouvrent la voie à de nouvelles thérapies basées sur l’hydratation du mucus. Une alternative prometteuse aux thérapies actuelles pas assez largement efficaces.

Concept expression des gènes et température

Le corps entier se reprogramme
sous l’effet de la température

Les êtres humains, comme la plupart des organismes vivants, sont continuellement exposés à une alternance de températures. Ces variations environnementales provoquent d’importants effets métaboliques et entraînent une adaptation constante. Cependant, malgré certains effets potentiellement bénéfiques de la chaleur ou du froid sur la santé, leur impact sur les différents organes et sur le corps dans son entier restait inconnu.

Pour décrypter les mécanismes biologiques à l’œuvre, l’équipe du Pr Mirko Trajkovski de l’Université de Genève a analysé simultanément les modifications de l’expression des gènes dans divers organes chez la souris. Il s’avère que ceux-ci réagissent fortement aux changements de température selon une modulation propre à chacun. Pour encourager la recherche et d’éventuelles applications thérapeutiques, les scientifiques ont créé une application web où des milliers de profils d’expression génique peuvent être consultés librement. À lire dans la revue eLife.

Conférence clôture du PRN Synapsy

PRN Synapsy - Conférence de clôture

Cultiver sa santé mentale
Un dialogue entre neurosciences et psychiatrie

Le cerveau demeure l’organe humain le moins compris par la communauté scientifique. Les personnes avec des troubles mentaux sont les plus concernées par ce fait, car le développement de diagnostics et de traitements est limité sans la connaissance des mécanismes neurobiologiques sous-jacents. L’avancée des connaissances, essentiellement engendrées par des observations faites chez l’animal, soulève des interrogations. Peut-on transposer ces informations chez l’humain ? Est-ce que tous les troubles psychiatriques ont des origines communes ? Quelle est la frontière entre un esprit sain et troublé ?

Les neuroscientifiques et psychiatres du Pôle de Recherche National Synapsy apporteront des éléments de réponses au grand public lors d’une conférence - table ronde organisée pour célébrer la clôture de ce pôle et la création d’un nouveau centre à la Faculté de Médecine de l’Université de Genève.

Cet événement ouvert à tous aura lieu à Genève le 2 juin 2022, à 18 h, à l’Auditoire U600 d’Uni Dufour.

  • Entrée libre.
Frontiers in Biomedicine banner

Frontiers in Biomedicine - Ido Amit

Single-cell immunology: past, present and future

Ido Amit
Immunology Department, Weizmann Institute of Science - Rehovot, Israel

Thursday, April 28, 2022 - 12 h 30
CMU - Auditorium Renold / B01.2426

  • Attendance in person for UNIGE & HUG members only.

Host: Doron Merkler
Organization: Julien Bertrand

Fondation Louis-Jeantet

Conférence Louis-Jeantet - Alain Fischer

Le COVID: stop ou encore ?

Alain Fischer
Professeur honoraire au Collège de France
Président du Conseil d’Orientation de la Stratégie Vaccinale - France

Mardi 5 avril 2022 - 18 h 30
CMU - Auditoire Champendal

  • Conférence publique.
  • Participation en présentiel sur inscription.
  • Participation libre en vidéo-conférence.

Organisation: Fondation Louis-Jeantet et Heidi.News

Banner iGE3 - UNIGE

New iGE3 member - Simone Becattini

Simone Becattini portrait

It is our pleasure to welcome Pr Simone Becattini as a new faculty member of iGE3.

Simone Becattini is an assistant professor at the Department of Pathology and Immunology of the Faculty of Medicine. His main research topic is the gut microbiota. His laboratory is interested in understanding the intricate relationship existing between intestinal microbes and the host immune system, and in exploiting the underlying principles to fight infectious and inflammatory diseases.

Nutrition and Microbiota Symposium banner

Feeding the microbiota - Prebiotics and probiotics

Nutrition and Microbiota - 7th Symposium GE-VD

This yearly symposium aims at highlighting the impact of nutrition on microbiota and the subsequent potential for prevention and treatment of diseases. Mounting evidence implicates the microbiota of the digestive tract in the development and progression of diseases. Thus, there is a growing interest to modulate the microbiota to improve health state. It is recognized that the microbiota of each person is different; part of theses differences are related to food intake.

This 2022 edition will summarize the impact of oral intakes, whether nutrition, nutritional compounds or probiotics, in health and disease. The symposium will take place virtually on Thursday, February 10, 2022, from 13 h to 17 h 15.

  • Registration is free but mandatory.
  • Organisation: Jacques Schrenzel & Laurence Genton Graf
Moelle épinière démyélinisée de souris

Le froid pour combattre la sclérose en plaques

En biologie évolutive, la «théorie de l’histoire de vie», proposée pour la première fois dans les années 1950, postule que lorsque l’environnement est favorable, les ressources utilisées par les organismes sont consacrées à la croissance et à la reproduction. À l’inverse, en milieu hostile, les ressources sont transférées vers des programmes dits de maintenance, tels que la conservation de l’énergie et la défense contre les attaques extérieures.

Des scientifiques des groupes du Pr Mirko Trajkovski et du Pr Doron Merkler de l’Université de Genève ont développé cette idée pour l’appliquer à un domaine spécifique de la médecine: l’activation erronée du système immunitaire à l’origine des maladies auto-immunes. En étudiant des souris souffrant d’un modèle de sclérose en plaques, l’équipe de recherche a décrypté comment l’exposition au froid poussait l’organisme à détourner ses ressources du système immunitaire vers le maintien de la chaleur corporelle. Ainsi, lors de l’exposition au froid, le système immunitaire diminuait son activité néfaste, atténuant considérablement l’évolution de la maladie auto-immune. Ces résultats, présentés en couverture de la revue Cell Metabolism, posent les bases d’un concept biologique fondamental sur l’allocation des ressources énergétiques.

Cellule humaine infectée par Toxoplasma gondii

Empêcher l’entrée par effraction du parasite
de la toxoplasmose

Toxoplasma gondii, le parasite responsable de la toxoplasmose, est capable d’infecter quasiment tous les types de cellules. On estime que près de 30% de la population mondiale est chroniquement infectée, pour la grande majorité de manière asymptomatique. Une infection au cours de la grossesse peut cependant entraîner de graves pathologies développementales chez l’enfant à naître. Comme les autres membres de la grande famille des Apicomplexes, il s’agit d’un parasite intracellulaire obligatoire qui, pour survivre, doit absolument pénétrer à l’intérieur des cellules de son hôte afin de détourner ses machineries à son avantage. Comprendre comment il y parvient permettra d’envisager des stratégies de prévention et de contrôle plus efficaces que celles disponibles actuellement.

L’équipe de la Pre Dominique Soldati-Favre de l'Université de Genève, en collaboration avec l’Université de Zurich et l’Institut Paul Scherrer à Villigen, ont identifié le rôle clé de RON13, une protéine du parasite essentielle à ce processus d’invasion. La structure tridimensionnelle et le site d’action de cette enzyme sont atypiques, offrant la possibilité de concevoir des inhibiteurs très précis pour stopper l’infection. Ces résultats sont à découvrir dans la revue Nature Communications.