News & events - Keyword : Evolution

Chronological order of publication in this website

Bannière Où est le monstre ?

Où est le monstre ?

Une rencontre entre art et biologie avec le sculpteur Jean Fontaine

Cette exposition interactive est née d’une collaboration entre les chercheuses et chercheurs de la Section de Biologie de l’UNIGE et le sculpteur Jean Fontaine. Elle nous emmène dans un voyage entre art et science pour comprendre comment la nature fabrique la diversité des formes vivantes que nous connaissons aujourd’hui, et questionne plus largement la place de l'espèce humaine dans la nature.

L’exposition propose un parcours dans trois lieux genevois.

  1. Dans la Salle d’Exposition de l'UNIGE (SEU), à Uni Carl Vogt, les créatures chimériques de Jean Fontaine dialoguent avec les travaux des chercheurs dans une installation ludique et interactive, du 7 février au 13 avril 2022.
  2. Le Muséum d’Histoire Naturelle présente une installation originale autour des œuvres du sculpteur du 6 février au 22 mai 2022.
  3. Le Musée Ariana expose une sculpture de l’artiste dans sa vitrine Carte Blanche, visible également du 6 février au 22 mai 2022.
  • Entrée libre.
  • Des visites thématiques et des ateliers pour les classes sont organisés, sur inscription.
  • Commissaire d'exposition: Fabia Kessas
Peau du lézard ocellé

Le secret mathématique du camouflage des lézards

Le vol coordonné des nuées d’étourneaux, l’organisation des réseaux neuronaux ou encore la construction d’une fourmilière: la nature regorge de systèmes complexes dont le comportement peut être modélisé grâce à des outils mathématiques. Il en va de même pour les motifs labyrinthiques formés par les écailles vertes ou noires du lézard ocellé.

Une équipe pluridisciplinaire de l’Université de Genève, incluant le groupe du Prof. Michel Milinkovitch, a pu expliquer, grâce à une équation mathématique très simple, la complexité du système qui génère ces motifs. Cette découverte contribue à une meilleure compréhension de l’évolution des patrons de coloration de la peau: le processus permet de très nombreuses localisations différentes des écailles vertes ou noires mais aboutit toujours à un motif optimal pour la survie des lézards. Ces travaux sont à lire dans la revue Physical Review Letters.

Banner iGE3 - UNIGE

New iGE3 member - Yamama Naciri

Yamama Naciri portrait

We are pleased to welcome Dre Yamama Naciri as a new faculty member of the iGE3.

Yamama Naciri is a curator at the Conservatory and Botanical Garden of the City of Geneva, and a lecturer at the Department of Botany and Plant Biology of the Faculty of Science. His group aims at understanding the diversification of species and their evolutionary history at both the intra- and interspecific levels. Her research themes encompass species phylogeography with applications in conservation as well as species delimitation and relationships in different groups of plants using molecular markers, in addition to the traditional tools of morphology and/or anatomy.

Banner iGE3 - UNIGE

New iGE3 member - Mathieu Perret

Mathieu Perret portrait

We are pleased to welcome Dr Mathieu Perret as a new faculty member of the iGE3.

Mathieu Perret is a curator at the Conservatory and Botanical Garden of the City of Geneva, and a senior lecturer at the Department of Botany and Plant Biology of the Faculty of Science. His group applies and develops phylogenetic and genomic approaches to study the systematics and evolutionary history of plants. In particular, they contribute to reconstruct the plant tree of life and use this information to improve taxonomical classification, infer the tempo and mode of evolutionary radiations, and identify the genetic and ecological drivers of phenotypic changes.

Origami représentant la trompe d’éléphant

Comprendre comment les éléphants utilisent leur trompe

La trompe de l’éléphant présente une extraordinaire polyvalence cinématique puisqu’elle peut délicatement manipuler un simple brin d’herbe tout comme porter des charges allant jusqu’à 270 kilogrammes.

En utilisant des technologies de capture de mouvement développées pour l’industrie du cinéma, l’équipe du Prof. Michel Milinkovitch de l'Université de Genève démontre que les comportements complexes de la trompe de l’éléphant émergent de la combinaison d’un ensemble fini de mouvements de base tels que la propagation d’une courbure et la formation de pseudo-articulations. En outre, l’équipe suisse démontre que la vitesse de la trompe de l’éléphant obéit à une loi mathématique observée dans les mouvements de dessin de la main humaine. Ces résultats sont publiés dans la revue Current Biology.

Trois différentes peaux de poissons

Comment la peau des poissons évolue-t-elle ?

Assimilée aux écailles, la peau des poissons peut également être nue ou constituée d’une structure osseuse qui forme une cuirasse, parfois même recouverte de dents. Mais comment cette peau a-t-elle évoluée à travers les âges ?

Afin de répondre à cette question, des chercheurs du groupe du Dr Juan Montoya-Burgos de l’Université de Genève ont reconstitué l’évolution des structures protectrices de la peau chez les poissons, remontant à l'ancêtre commun des poissons à nageoires rayonnées, il y a plus de 420 millions d’années. Ils ont ainsi découvert que seuls les poissons ayant perdu leurs écailles pouvaient développer une cuirasse osseuse, et que l’état de protection de leur peau influait sur le choix de leur habitat en eau pleine ou dans les fonds marins. Cette étude, publiée dans la revue Evolution Letters, apporte une nouvelle explication de l’incroyable diversité de cette lignée de poissons, qui compte plus de 25’000 espèces.

Couleurs de la peau du serpent

L’origine des couleurs de peau révélée
grâce aux serpents

La couleur de la peau chez les vertébrés dépend des chromatophores, cellules présentes dans les couches profondes de la peau.

Spécialiste du déterminisme génétique et de l’évolution des couleurs chez les reptiles, l’équipe du Prof. Michel Milinkovitch, de l’Université de Genève, étudie la grande variété de couleurs arborées par différents individus chez le serpent des blés. Ses travaux, publiés dans la revue PNAS, montrent que la couleur terne du variant «Lavande» de ce serpent est causée par la mutation d’un gène impliqué dans la formation des lysosomes, les vésicules «poubelles» des cellules. Cette mutation unique suffit à affecter toutes les couleurs de la peau, démontrant que tous les pigments et cristaux réfléchissants sont stockés dans des vésicules dérivées de ces lysosomes. Cette étude est une avancée considérable de notre compréhension de l’origine des couleurs et des motifs de la peau des vertébrés.

Chat sauvage d’Europe

Le chat sauvage menacé par son cousin domestique

Dans les montagnes du Jura, les chats sauvages européens, considérés comme éteints il y a une cinquantaine d’années, ont depuis recolonisé une partie de leur ancien territoire. Cette recrudescence dans une zone occupée par des chats domestiques s’est accompagnée de croisements génétiques entre les deux espèces. L’hybridation entre les organismes sauvages et domestiques est connue pour mettre en danger le patrimoine génétique des espèces sauvages.

Dans une étude à lire dans la revue Evolutionary Applications, des biologistes des groupes du Dr Mathias Currat et du Dr Juan Montoya-Burgos de l’Université de Genève, en collaboration avec l’Université de Zurich et celle d’Oxford au Royaume-Uni, ont modélisé les interactions entre les deux espèces pour projeter l’avenir du chat sauvage sur les reliefs du Jura helvétique. Les différents scénarios modélisés montrent que d’ici 200 à 300 ans - soit une période très courte à l’échelle de l’évolution -, l’hybridation conduira à un remplacement génétique irréversible des chats sauvages et à l’impossibilité de les distinguer de leurs cousins domestiques, comme c’est déjà le cas en Écosse et en Hongrie.

Colerette du lézard dragon

Comment le dragon développe sa collerette

Le dragon à collerette présente une large collerette érectile caractéristique de son espèce. Ce lézard la garde habituellement repliée contre son corps, mais il peut l’ouvrir de façon spectaculaire pour effrayer les prédateurs.

Des chercheurs du groupe du Prof. Michel Milinkovitch, de l’Université de Genève et du SIB, Institut Suisse de Bioinformatique, rapportent, dans la revue eLIFE, qu’une branchie embryonnaire ancestrale de l’embryon du dragon se transforme en une poche de cou qui s’agrandit et se plisse, constituant la collerette. Les chercheurs démontrent ensuite que ce robuste motif de pliage émerge de forces mécaniques lors de la croissance homogène de la peau de la collerette, dû aux tensions résultant de son attachement au cou et à la tête.