Home    Directory    Contact    Site Map    Impressum

Meetings, seminars, prizes, various events

Hot air balloon   [ © Mohd Haka Khambali - Photoexpress ]



iGE3 news mailing

Chasser les microbes ou flairer le poison: une affaire d’évolution

Tous les mammifères expriment des Fprs dans leurs cellules immunitaires (jaune). Un premier accident génomique  a permis l’expression d’un Fpr dans les neurones olfactifs chez un ancêtre des rongeurs (bleu foncé). Il a été suivi d’un deuxième accident qui a eu lieu dans la lignée des souris (bleu clair).
Les mammifères possèdent plusieurs lignes de défense contre les microbes. L’une d’entre elles est activée lorsque des récepteurs appelés Fprs présents sur des cellules immunitaires se lient à des molécules spécifiques qui sont relâchées par des agents pathogènes ou produites pour combattre une infection. Des chercheurs du groupe de Prof. Ivan Rodriguez, de l’Université de Genève, ont montré en 2009 que ces mêmes récepteurs étaient aussi présents dans le nez des souris, probablement pour détecter des aliments contaminés ou éviter des congénères malades.

Les biologistes décrivent maintenant dans la revue PNAS comment des Fprs ont acquis ce nouveau rôle, passant du système immunitaire au système olfactif. Les responsables de cette innovation sont deux “accidents” génomiques, survenus à plusieurs millions d’années d’intervalle au cours de l’évolution des rongeurs.
Print Friendly, PDF & Email